Questions clés pour les personnes handicapées développement inclusif dans le contexte de l'Agenda 2030

Bonsoir à tous. Mon nom est Dorodi Sharma et je représente mondiale des personnes handicapées (DPI) lors de cette réunion. DPI est un contre-handicap, l'organisation de personnes handicapées mondiales créé en 1981 - l'Année internationale des personnes handicapées. Nous avons des membres dans plus de 150 pays à travers sept régions du monde - Afrique, région arabe, l'Asie-Pacifique, région de la CEI, Europe, Amérique latine et Amérique du Nord et des Caraïbes. membres DPI sont OPH nationales faîtières qui, à leur tour, ont des centaines et des milliers d'ONG membres et DPD. La majorité de nos membres sont dans le Sud. Par conséquent, la portée expansive de DPI à la base est tout à fait unique. DPI a eu le privilège de faire partie de la première réunion de ce réseau. Depuis lors, le Département a organisé sa 9e Assemblée mondiale à New Delhi du Avril 11-13. Plus de 200 dirigeants DPO de 70 pays ont participé à cette Assemblée. Ma présentation d'aujourd'hui est principalement basée sur les discussions qui ont émergé à cette Assemblée.

En matière de données sur le handicap de développement inclusif et d'invalidité, où sommes-nous maintenant? Il y a de bonnes nouvelles. les données concernant les personnes handicapées est de plus en plus grand public que jamais. DPI se félicite de la mise en place du Groupe d'experts interorganisations sur les statistiques des incapacités et estime que ce serait en outre encourager les pays et les agences multilatérales pour recueillir des données sur le handicap. Cela dit, il y a encore des domaines de préoccupation parmi les DPD de base.

En dépit de la tendance d'une convergence progressive des outils et des normes de mesure au niveau mondial, il existe encore énorme duplicité de travail. Cela crée plus de confusion à la base. Comme il a été mentionné dans cette réunion avant, la pression est sur les bureaux nationaux de statistique (ONS). La confusion au niveau mondial fait le plaidoyer auprès des OSN encore plus difficile pour la base DPO que la plupart de ces bureaux sont déjà opposés à la collecte de données d'invalidité ou même handicap désagrégation des données existantes sur la base.

L'autre problème est que le handicap le développement inclusif est encore largement considéré comme un discours global. En particulier pour les objectifs de développement durable (ODD) DPD à la base sont encore incertains de leur rôle, en partie parce que la clarté n'a toujours pas évolué au niveau mondial. Et cet écart de connaissances entre la base et les besoins mondiaux de niveau doit être comblé pour créer une plus grande appropriation. Après tout, le plaidoyer pour la mise en œuvre d'invalidité développement inclusif sera dirigé par ces DPD. Le manque de capacité de base DPD affecte la préparation des pays Sud Global pour recueillir des données sur le handicap. Une étude menée par l'Initiative mondiale pour les TIC inclusives (G3ict) et DPI, impliquant plus de 100 pays dont 84 provenaient de pays du Sud, a révélé que 78 pour cent (ou 64 sur les 84 pays) ne recueillent pas de données sur l'incapacité liées à les ODD. Sur les 20 pays qui ne collectent des données, ils ne le faisaient que pour un sous-ensemble de quatre des ODD - à savoir l'objectif 4-éducation, l'objectif 8-emploi, objectif 11-villes inclusives, et l'objectif 17 Moyens d'exécution. Même au sein de ce sous-ensemble tous les 20 pays ont pas de données sur tous les quatre. Par exemple, seulement 10 des 20 pays a recueilli des données sur l'éducation, et seulement 6 des 20 données recueillies sur l'emploi, etc.

Quelle a été l'expérience de DPI et ce qui est le chemin à parcourir pour nous? À la 9e Assemblée mondiale de DPI à New Delhi nous avons eu une session sur les données relatives au handicap et les ODD. Le point de vue de résonance parmi les participants à l'Assemblée était que les gens à la base sont encore en train autour de comprendre les ODD. Mais la majorité d'entre eux, sinon tous, travaillent sur la Convention relative aux droits des personnes handicapées (CDPH). membres DPI, qui sont aussi les OPH nationales de coordination de ces pays, ont souligné que CDPH et les ODD ne sont pas mutuellement exclusifs les uns des autres. En fait, ils se renforcent mutuellement. ODD doit donc faire partie des activités de CDPH liées qui sont en cours à la base. Il y a encore un énorme travail à faire à la base et la nécessité d'une plus grande cohésion au sein même du mouvement des personnes handicapées, en particulier parmi les DPD mondiaux.

La Déclaration de Delhi adoptée à la fin de la 9e Assemblée mondiale de DPI a mis en évidence ces points, en particulier les ODD et la CDPH de connexion, et d'assurer des données d'invalidité. La Déclaration de Delhi a appelé à une révolution de données sur le handicap menée par les gouvernements et les agences internationales et les OPH en développement et la promotion d'outils et de méthodologies normalisées et le renforcement des capacités des acteurs concernés qui catalysent pas seulement le handicap désagrégation des données sur la base, mais aussi conduire à la fiabilité et la comparabilité des données.

En conclusion, DPI réitère son engagement envers le handicap le développement inclusif et en particulier aux travaux de ce réseau. DPI serait privilégiée pour soutenir ce réseau le mieux qu'il peut, en particulier comme un pont entre les mécanismes à l'échelle mondiale et de la base où il bénéficie d'une portée expansive.

Je vous remercie

DÉCLARATION LIVRÉ PAR DORODI SHARMA AU NOM DE PERSONNES HANDICAPEES'S INTERNATIONAL À LA RÉUNION 2ND DU RÉSEAU MONDIAL SUR LE SUIVI ET EVALUATION POUR LE DÉVELOPPEMENT DE HANDICAP-INCLUSIVE SUR 3 au 4 mai 2016 AT UNHQ À NEW YORK Word FileOpens in a new window